Les Voguettes part 2

dimanche 21 décembre 2014 | |


Sur la photo ci-contre. On reconnait sans grande difficulté Emmanuelle Alt et Alexa Chung assises au premier rang d'un défilé en septembre 2011. Ce qui veut dire que cette photo date, de quelques années.


Alexa Chung et Emmanuelle Alt, sont deux personnes que j'admire stylistiquement parlant. Analysons de plus près les tenues. On remarque que le style  d'Emmanuelle est plus simple, élégant, et surtout intemporel. Je pourrais porter cette tenue aujourd'hui. Tandis qu'Alexa Chung, une it-girl de profession, porte une tenue qui est vite dépassée, les clous maintenant sont à proscrire, et l'association de la chemise et robe fait un peu trop "enfant" ou rétro.


Cet un exemple pour vous montrer qu'à mon goût Emmanuelle à tout juste, Alexa, un peu moins. Emmanuelle, suit moins la mode à lettre, elle investit dans des pièces intemporelles. Alexa Chung est plus sensible aux dernières tendances, ce qui peut lui jouer défaut quant vient l'expiration de ces tendances.  Et pourtant, dieu sait que j'adore Alexa Chung.


Alexa 0 - Les Voguettes 1

Le Café

mercredi 17 décembre 2014 | |

Voici exactement la tenue je porterais pour boire un café en terrasse à Paris. Pas de couleurs trop voyantes, la seule originalité vient d'un chapeau beige doté de quelques plumes. J'ai choisi des pièces les plus intemporelles pour en faire une tenue moderne classique et sobre. Simple et parisien.

Sans titre #17



Michael Kors, la déception

dimanche 14 décembre 2014 | |

Photo prise en Juin 2013

Février 2013: je repère dans la rue un sac très simple quelques peu inspiré du trapèze de Céline.

Juin 2013: après plusieurs mois de réflexion, je décide enfin de l'acheter. Mes raisons étaient les suivantes:  
- J'avais besoin d'un sac dans lequel je pouvais mettre pas mal de choses. Pas juste une simple pochette.
- Un sac à la fois porté épaule ou main.
- Je le voulais d'une couleur foncée, noir de préférence.
- Le cuir safiano qui s'abîme que difficilement m'avait plu.
- Le prix n'était pas trop élevé par rapport à une marque de luxe.
- A l'époque Michael Kors, un créateur américain n'était pas trop connu en France. De ce fait,  ne pas voir 156 filles par jour avec le même sac que toi, c'est plaisant.  

Le fait que mon ordinateur portable ne rentrait pas complètement dans mon sac, c'était bien le seul bémol.

Septembre 2013: Michael Kors décide d'envahir la France et de doubler le nombre de ses boutiques, c'est une très mauvaise nouvelle pour moi, qui souhaitait garder mon sac "anonyme".

Janvier 2014: je croise de plus en plus de femmes dans la rue avec le même sac que le mien. Une chose qui ne me dérange pas encore.

Mars 2014: Michael Kors obtient d'excellents résultats grâce au succès de ses sacs "abordables" c'est à dire entre 200 et max 400 euros.  Le chiffre d'affaire double, et le créateur souhaite continuer sur cette lancée, de nouvelles boutiques fleurissent partout en Europe. Les publicités révèlent des femmes un peu trop bling bling loin de mon style parisien discret. MK affirme ouvertement son but à tout prix d'engranger plus d'argent, une chose qui me dérange. Je pense qu'une maison devrait d'abord communiquer sur la création ou l'artisanat plutôt que sur les chiffres et le côté tape à l'oeil.

Septembre 2014: je croise de plus en plus de femmes possédant le même sac, elles sont à mon goût quelques peu "vulgaires", une manière implicite de détériorer l'image de la marque et de prouver la banalisation des sacs MK. Le rêve s'effondre peu à peu.

Octobre 2014:  au bout d'un an et demi et d'une utilisation quasi quotidienne, le sac commence peu à peu à s'abimer au niveau des poignets et de la bandoulière. En revanche, je dois avouer que le cuir en safiano est très résistant à la pluie et aux griffures d'ongles.

Novembre 2014: je commence un peu à me lasser de mon sac de part la marque qui clairement est loin de l'esprit parisien, et de la forme.

Décembre 2014: j'utilise toujours ce sac par besoin,je songe à remplacer ce sac par un autre sac noir uniquement après avoir récolté assez d'argent via la vente de vêtements que je n'utilise plus.

J'ai écrit cet article dans le but de prouver, moi, Justine qui essaye désespérément de consommer moins et mieux, j'ai fait une erreur d'achat. J'ai aimé ce sac durant à peine 10 mois. Après je m'en suis lassée, et fatiguée d'afficher chaque jour une marque que je rejette. J'aime les sacs, je trouve que c'est une des pièces maîtresse du vestiaire féminin. Les marques le savent et font leurs bénéfices grâce à la maroquinerie, elles n'hésitent plus à gonfler leurs prix.
Il est de nos jours difficile de trouver un joli sac à la fois intemporel et utile possédant un bon rapport qualité/prix. Déçue mais pas résignée, je trouverai le Saint Graal lors de l'année 2015.

Picture: La Singularité

Le Virus SS

mardi 9 décembre 2014 | |

Stan Smih

Le succès de la SS (Stan Smith pour les néophytes) me sidère. Revenue victorieuse en France après l'arrêt de sa production, il y a seulement deux ans, la basket blanche est portée par 98% de la population. Peut être que j'ai gonflé un peu le chiffre, mais j'ai cette impression que de nos jours toutes les filles un tant soit peu modeuse se doivent de porter les SS. Par exemple, sur la photo on peut voir la Voguette, Géraldine Saglio, arborer les SS avec un costume. Un succès expliqué par un retour au devant de la scène bien calculé: une présence forte sur les réseaux sociaux, des partenariats pointus, et des stocks limités, ...  Une folie pour cette paire de basket blanche qui poussera d'autres marques à les reproduire, Sandro, Zara,... Même Isabel Marant a succombé en copiant collant le modèle à un prix indécent, un acte qui clairement détériore la côte de la créatrice dans mon esprit.

Tout çà pour dire que les SS c'est un virus qui se répand, le résultat d'un coup marketing bien ficelé. Après tout, pourquoi s'embêter à créer de nouveaux modèles quand on peut dépoussiérer des anciens modèles stars? Je n'ai jamais apprécié les SS, des baskets qui je trouvent sont trop imposantes et me font penser aux infirmières. Selon moi, les SS c'est une mode comme une autre, d'ici deux on en parlera plus et on passera à autre chose. 

Chanel et Salzburg

mardi 2 décembre 2014 | |


Faire un défilé à Salzburg, terre sacrée de l'impératrice Sissi, je ne pouvais pas louper cette occasion. Chanel a choisi un des meilleurs endroits pour puiser son inspiration et présentation sa onzième édition des métiers d'art. Sissi ou CC, je suis convaincue par ce mix. 

Pictures: Style.com

Les Manteaux

samedi 29 novembre 2014 | |

Les Manteaux - Coats

Quand les températures baissent, de suite vient la problématique du manteau. Que vais-je bien pourvoir porter cet hiver? Le choix d'un manteau est délicat parce que son prix est conséquent, la matière est importante, et il recouvre plus de la moitié de notre corps pendant 5 mois de l'année. Un manteau informe sans de jolies finitions même accompagné  d'un sac Hemès ou Chanel, la tenue dans sa globalité, restera sans grand intérêt. Je pense que posséder plusieurs manteaux n'est pas un crime bien au contraire, il est agréable de changer de par dessus de temps en temps en fonction du temps et de l'humeur. 

- Le Trench Coat, inspiré par l'uniforme militaire, Thomas Burberry créa un manteau pour affronter les temps de pluie britannique dont la matière innovatrice pour l'époque, la gabardine de coton, à convaincue les Brits. Depuis, le trench s'est exporté dans le monde entier, il est devenu un intemporel au même titre que la marinière. Désormais, on trouve un trench dans toutes les boutiques, les marques  ne cessent de réinterpréter cette pièce chaque saison. Je pense notamment à Comptoir des Cotonniers, Zara,... Un vrai trench Burberry coûte pas loin de 1 300€, à ce prix là c'est un investissement à vie. 

- Le Caban, un basique tout droit issu du vestiaire des marins que j'admire secretement. La matière du caban reste essentiellement de la laine mélangée avec du cachemire ou polyamide, il convient bien pour les pays dont l'hiver n'est pas trop rude comme la France.

- Le Manteau d'homme pour femme de couleurs gris, noir ou beige. La beauté de ce manteau réside dans la coupe parfaite et le tombé sur la personne qui le porte.

- Le Duffle Coat, j'ai longtemps hésité à mettre ce manteau dans ma liste des indispensables, quand j'étais plus jeune, je détestais ce manteau trop connoté "BCBG coincé". Depuis, j'ai grandis et  je dois avouer que j'apprécie justement son classicisme.  

- La Parka, parfaite pour les pays plus froids, elle coupe du vent et réchauffe le corps. Elle est aussi portable pour les temps de demi saison si la doublure intérieurs se détache.

Je n'apprécie guère les doudounes, dans mon cas, je tolère juste la fine doudoune à mettre sous un caban ni vu ni connue! Par ailleurs, je n'ai pas abordé le cas du manteau en fourrure, j'en possède un en lapin très chaud BA&SH que j'aime bien. Malheureusement, je ne le porte que très peu, car je le trouve très volumineux, je songe à le revendre.



Autres articles de la rubrique La Garde-Robe:
- La maille
Les tops et chemises
Les souliers

Madame Inès de la Fressange

mercredi 26 novembre 2014 | |

La Parisienne est une valeur sûre qui marche, ce mythe fait vendre et les magazines le savent. Après Caroline de Maigret en couverture du Elle, désormais c'est au tour d'Inès de la Fressange de poser devant Met & Marcus et David Sims pour l'édition française du magasine Vogue. Dès sa sortie le 4 décembre 2014, j'achèterai très certainement le magazine, par simple curiosité ou pure victime d'un coup marketing. Moi aussi j'aime et j'admire la Parisienne, j'en ai pas honte et je l'assume ouvertement. Le seul bémol, au regard de cette couverture, est comme toujours l'utilisation exagérée de Photoshop. Où sont passées les si jolies rides d'Inès? 

Pictures: Vogue.fr